Teutoniques - Les origines

Pèlerins venus de lointaines cités nordiques
Lesquelles souvent devinrent des villes hanséatiques,
Ils s’étaient faits hospitaliers plus que guerriers.
Frères plus que chevaliers, ils avaient alors charrié
Des croisés presque occis de l’aplomb des remparts
D’un port saladin jusqu’à des abris épars.

Or, si leurs paillasses endurèrent bien des trépas
Au regard de rares guérisons et mea culpa,
Par la force du tragique, leurs talents s’affirmèrent,
Quand les grabats, lieux de derniers débats, migrèrent
Vers les vastes salles voûtées de quartiers fortifiés,
Dans lesquelles pas, ébats et soupirs s’amplifiaient.

Référence
PL 101
Table des révisions :
Créé le (ou avant le)
Créé par
Temps passé pour la création
3,50 heures

Création par scission du texte sur l’attente du combat (PL 100) et transformation d’une strophe en deux strophes ; réécritures diverses ; ajout ultérieur des catégories UDC ‘327 - Relations internationales’, ‘327.6 - Polémologie’ et ‘93 - Histoire’